LE CANCER DE L'ENFANT

Le cancer est une maladie rare chez les enfants, bien qu’il représente la deuxième cause de mortalité après les accidents.
Il atteint chaque année 14 enfants sur 100’000, ce qui représente annuellement environ 200 à 250 nouveaux cas en Suisse.

Les cancers de l’enfant et de l’adolescent appartiennent à un groupe très différent de ceux de l’adulte, par les organes qu’ils touchent, par la façon dont ils se présentent et par leur réponse aux traitements. Certains peuvent apparaître à la naissance déjà, alors que d’autres se déclarent ou se développent plus tard.

Les cancers pédiatriques se distinguent par un taux particulièrement élevé d’anomalies chromosomiques multiples. Ces défauts semblent étroitement liés au développement, au comportement et à l’évolution de la maladie. Le but de la recherche est notamment d’identifier les gènes et les mécanismes moléculaires impliqués dans les altérations génétiques et biologiques.

Des progrès considérables ont été réalisés ces 40 dernières années dans le traitement des cancers de l’enfant, si bien que le taux de survie est actuellement de 87% pour les enfants diagnostiqués entre 2009 et 2018.

Évolution du taux de guérison en Suisse

 

 

 

  Taux de survie des patients âgés de 0 à 14 ans (N=7685), par période de  diagnostic 1976 à 2018
  Source : Registre suisse du cancer de l’enfant, rapport annuel 2017/2018.

Aujourd’hui le taux de guérison se trouve entre 85 et 90%, toute maladie confondue. Dans les années 70, ce taux était de 55%.

Il n’en est pas ainsi, malheureusement, pour toutes les formes de cancers pédiatriques et chaque année, en moyenne, 23 enfants décèdent encore de leur maladie dans notre pays.

Taux de survie selon le diagnotic

 

 

 

   Taux de survie des patients âgés de 0 à 14 ans, par diagnostic entre 1997-2016
   Source : Registre suisse du cancer de l’enfant, rapport annuel 2017/2018.

Ce graphique montre le taux de guérison par pathologie. Les maladies telles que histiocytose à cellules de Langerhans, rétinoblastome, lymphome, tumeurs rénales, leucémies, présentent un taux de guérison entre 85 et 98%. Par contre les maladies telles que neuroblastome, tumeurs cérébrales, sarcomes de l’os et des tissus mous, ont un taux de guérison entre 65 et 75%.

L’effort de recherche doit se poursuivre et il est essentiel de développer des traitements mieux ciblés pour les enfants, qui ne péjoreront pas leur qualité de vie d’adulte.

En laboratoire, il s’agit d’étudier les causes et le développement des cancers de l’enfant ou de mettre au point de nouveaux traitements.

Sur le plan clinique et dans un cadre éthique très rigoureux, le défi est d’observer et d’analyser la réponse à des nouveaux traitements, à des nouvelles techniques de soins et à des nouvelles méthodes de diagnostic.

La recherche épidémiologique doit viser à résoudre le rôle de l’environnement, de la diversité culturelle et socio-économique dans le développement d’un cancer.

Enfin la recherche en psycho-oncologie doit améliorer et développer de nouvelles techniques de soutien apportées aux enfants et à leur famille pendant et après une période de bouleversements profonds.

FORCE Fondation Recherche pour le Cancer de l’Enfant s’est donnée pour objectif de soutenir ces différents domaines de recherche afin de contribuer à une amélioration des traitements et des soins apportés aux enfants et adolescents souffrant d’un cancer. FORCE souhaite ainsi contribuer à leur offrir une qualité de vie proche de celle des enfants en bonne santé.